Pages

lundi 11 juillet 2011

Réseau social : la tentation du logiciel unique

Extraits : Eviter à tout prix la balkanisation. Telle est la préoccupation de nombreux grands comptes qui craignent de se retrouver avec une juxtaposition d'espaces sociaux étanches, sans possibilités d'interconnexion. La solution consiste à choisir un même logiciel pour équiper tous les services et tous les employés.

Après tout, ces grandes entreprises sont en général équipées d'une seule messagerie. Pourquoi n'en irait-il pas de même pour le réseau social ? Le parallèle montre vite ses limites. Alors que l'usage de la messagerie, brique d'infrastructure, est circonscris à l'échange de courriers électroniques et au partage d'agendas, le réseau social couvre beaucoup plus large.

Les directions générales et informatiques plaident généralement pour un réseau social monolithique, quitte à ce que l'outil choisi ne couvre qu'imparfaitement une partie des besoins. L'inconvénient est jugé secondaire au regard de l'avantage d'interconnecter l'ensemble des employés et de faire émerger l'intelligence collective à l'échelle de l'entreprise.

Les directions métiers, elles, ont plutôt tendance à réclamer de l'autonomie et à privilégier les solutions qui leur conviennent le mieux. De fait, dans de nombreuses grandes entreprises cohabitent d'ores et déjà plusieurs RSE, motorisés par différentes plates-formes.

Prenant acte que les choix groupe se feront entre Microsoft Sharepoint, Lotus Connections et Jive, les éditeurs plus petits se positionnent sur des projets de moindre ampleur, cultivant leurs différences et misant sur leur agilité.

Merci à Olivier Roberget pour cet article qui reprécise l'intérêt de chaque type de solution RSE

Enregistrer un commentaire