Pages

mercredi 20 janvier 2010

Les annonces autour de Lotus Connections


Merci à bertrand duperrin pour ce retour du Lotusphère :-)

Le voile a partiellement été levé sur ce qu’il faut s’attendre à trouver dans la prochaine version de Lotus Connections qui devrait être disponible vers le milieu de cette année. Voilà donc à quoi s’attendre :

- Davantage de mobilité : un nombre croissant de fonctionnalités seront accessibles via des téléphones mobiles. On retrouve ici ce qui préfigure la vision “Vulcain” : une expérience similaire et cohérente quel que soit l’interface (client, mobile ou web).
=> CAPITALISONS SUR L'EXPERIENCE UTILISATEUR

- Davantage de fonctionnalités partagées avec d’autres outils, Notes notamment. Là encore on trouve la logique qui veut qu’on puisse agir sur un contenu, une information là où on la trouve sans avoir à revenir vers son application d’origine.
=> INTEGRATION OBLIGATOIRE SI ON VEUT QUE LOTUS SE MAINTIENNE DANS L'ENTREPRISE




- “Social Analytics”. C’est sur ce point que je voudrais m’attarder car je le trouve essentiel même si a première vue on saisit davantage les effets concrets des deux premiers.
=> ALORS LA ON ATTEND DE VOIR

Il s’agit de proposer, suggérer, des personnes, contenus et, j’imagine, groupes, communautés etc… à l’utilisateur en fonction de… Reste en effet à savoir en fonction de quoi.
De l’utilisation de tags communs ? Banal et qualitativement limité.
De personnes et “objets sociaux” en commun ? Bien fait cela représente une valeur indéniable. Mal fait cela donne un Facebook qui a un talent inné pour vous recommandé des personnes inconnues et / ou dont la proximité avec vous est plus que lointaine et qualitativement à démontrer.


On peut parier (ou espérer) qu’une option ambitieuse a été retenue et que l’analyse est plus poussée qu’une simple comparaison. On peut penser y retrouver tout ou partie de l’héritage d’Atlas, le plug-in de “Social Network Analysis” pour Connections. Mais si ça n’était que cela il n’y aurait rien de vraiment nouveau hors l’effet d’annonce. Alors quoi d’autre ? Des algorithmes plus poussés prenant en compte davantage de paramètres ? Des outils de mesure avancés qui arriveraient à fournir les métriques pertinentes au pilotage de ce type d’outil.


Ce type de composantes qui rend l’outil en quelques sort plus intelligent est à mon sens indispensable à ce type d’outil. Parce que l’individu a de plus en plus de mal de chercher dans des contenus toujours plus importants et des annuaires hypertrophiés, parce que son réseau ne sera pas toujours là pour jouer le rôle de moteur de recherche et de filtre social, et tout simplement parce qu’on oublie parfois de rester rationnels alors qu’un outil peut prétendre à davantage de rationalité devant ce type d’exercice.


 

Une des facettes souvent négligées des réseaux sociaux et de leurs compléments est le coté “Business Intelligence Personnelle” ou “Social BI” pour employer des mots à la mode. Pour décider il faut trouver les bonnes personnes personnes, voire décider de ce qu’on mobilisera ou pas.

Enregistrer un commentaire